Le recul du plastique crée de nouveaux défis pour les recycleurs

fet, à mesure que les consommateurs remplacent le plastique pour le papier, les recycleurs seront confrontés à un flot impressionnant de gobelets, de contenants et d’autres articles recouverts de nouveaux revêtements qui ne sont pas nécessairement compatibles avec leurs procédés existants. Sustana, fabricant de fibres et de papiers durables, illustre l’importance pour l’industrie du recyclage de communiquer avec les fabricants pour s’assurer que l’interdiction du plastique ne crée pas de nouveaux problèmes en tentant d’en résoudre d’anciens.

4 min de lecture

L’interdiction des plastiques à usage unique pourrait représenter un défi de taille pour les recycleurs de papier. En effet, à mesure que les consommateurs remplacent le plastique pour le papier, les recycleurs seront confrontés à un flot impressionnant de gobelets, de contenants et d’autres articles recouverts de nouveaux revêtements qui ne sont pas nécessairement compatibles avec leurs procédés existants. Sustana, fabricant de fibres et de papiers durables, illustre l’importance pour l’industrie du recyclage de communiquer avec les fabricants pour s’assurer que l’interdiction du plastique ne crée pas de nouveaux problèmes en tentant d’en résoudre d’anciens.

L’interdiction du plastique, le recyclage du papier et la pandémie de COVID-19

Parmi les nombreux impacts de la pandémie de COVID-19, on note une hausse de l’utilisation des plastiques à usage unique. Si la majorité de ces déchets sont directement liés au secteur médical, une part importante du problème découle des changements apportés à nos habitudes de consommation, notamment la commande de repas pour emporter qui a remplacé les sorties au restaurant.

Au début de la pandémie, les acteurs de l’industrie du plastique brandissaient les sacs de plastique comme une barrière plus efficace que le papier contre le virus, une allégation qui n’a cependant pas été soutenue par des données probantes. Néanmoins, certains gouvernements ont tout de même renversé ou reporté leurs plans de bannir les plastiques à usage unique.

Mais depuis, le mouvement contre les plastiques à usage unique a retrouvé son élan. Alors que la tendance continuera de prendre de l’ampleur, le papier dominera une part toujours plus importante du marché. Ce scénario est souhaité par un nombre croissant de consommateurs, qui considèrent les produits de papier recyclables comme une solution plus écologique que le plastique.

Or, cette bonne nouvelle pour les fabricants de produits de papier à usage unique pourrait s’avérer problématique pour les recycleurs. En effet, les nouveaux enduits d’étanchéité des gobelets et des contenants de carton développés par les fabricants ne sont pas nécessairement compatibles avec les installations de recyclage existantes.

« Nous observons actuellement une opposition vive au plastique. Or, nous devons faire bien attention à ce que la solution développée ne soit pas plus dommageable que le problème que nous tentons de résoudre », explique Jim Schneider, vice-président des opérations de Fibres Sustana. « C’est pourquoi nous travaillons en étroite collaboration avec nos partenaires et nos clients à chaque étape de la chaîne de production afin de mettre au point une solution réellement efficace. »

Les recycleurs de papier évoluent en réponse aux nouveaux défis

Heureusement, l’industrie du recyclage du papier est fondée sur l’innovation. Les entreprises possédant une vaste expérience du secteur sont prêtes à accueillir les produits recyclables de demain.

Steven Minor, gestionnaire de l’approvisionnement en fibres de Fibres Sustana, est dans l’industrie depuis maintenant 27 ans. Au fil de sa carrière, il a été témoin de nombreux changements aux technologies de recyclage et au flux d’intrants. « La technologie connaît des avancées impressionnantes, notamment en ce qui a trait au contrôle ou à la chimie », a-t-il expliqué à l’équipe de TriplePundit. « La robotisation permet également un tri plus rapide et plus efficace des matières recyclables. »

L’innovation est également une priorité pour les marques, qui cherchent à créer de nouveaux emballages toujours plus attrayants, malgré les perturbations économiques engendrées par la pandémie de COVID-19. Ces changements font en sort que les recycleurs de papier sont de plus en plus vigilants.

L’entreprise de Chicago Mid America Paper Recycling est l’un des fournisseurs de Fibres Sustana. Le chef de la direction de l’entreprise, Don Gaines, note que la pandémie n’a pas éliminé le devoir pour les marques d’assurer la recyclabilité de leurs produits.

« Nos intrants sont très variés et changent rapidement », explique M. Gaines. « Les marques développent constamment de nouvelles stratégies pour rehausser l’attrait de leurs emballages, auxquelles nous devons nous adapter. »

Le facteur humain

Tandis que les interdictions du plastique risquent de se multiplier, le besoin de sensibiliser les consommateurs et les concepteurs d’emballages au recyclage du papier se fait de plus en plus pressant.

À ce chapitre, Fibres Sustana a déjà une longueur d’avance, notamment en raison de sa technologie de recyclage du carton. L’entreprise a collaboré avec différents acteurs de l’industrie pour rendre le recyclage du carton accessible dans un maximum de municipalités, et communiquer aux résidents que le carton est bel et bien recyclable. Beaucoup de travail reste toutefois à faire. En matière de recyclage, les États-Unis se trouvent encore bien loin de leurs homologues de l’Union européenne et d’autres économies avancées.

La désinformation contribue elle aussi à brouiller les cartes. En 2018, Fibres Sustana a fait équipe avec Starbucks pour démontrer que les gobelets de papier de la chaîne pouvaient être recyclés de manière économique. Mais si le projet-pilote a permis de revaloriser avec succès une réserve de vieux gobelets de papier dont l’entreprise disposait, la rumeur voulant que les gobelets Starbucks ne soient pas recyclables persiste. C’est que bien que leur recyclage soit théoriquement possible, il n’est pas pris en charge par l’ensemble des centres de traitement municipaux. Cette réalité est un obstacle de plus à la participation des citoyens aux efforts de recyclage.

Maintenir les lignes de communication ouvertes

La rumeur entourant le recyclage des gobelets persiste d’abord et avant tout en raison de la doublure de polyéthylène dont ils sont traditionnellement recouverts. Or, ce revêtement ne pose pas problème à Fibres Sustana. Comme le mentionne M. Schneider, « L’ingénierie est désormais un volet essentiel du processus de conception. L’une des solutions les plus simples consiste à séparer le papier du polyéthylène, ce que notre processus de recyclage permet aisément. »

Maintenir les lignes de communication ouvertes peut également préparer les recycleurs de papier au traitement des nouveaux matériaux en amont de leur mise en marché, ajoute M. Schneider, en utilisant l’exemple des nouveaux enduits appliqués sur les produits de papier. « Lorsque les marques et les fabricants créent de nouveaux enduits barrière, je les invite toujours à nous fournir des échantillons pour que nous les mettions à l’essai. De manière générale, la communication est positive, et les nouveaux revêtements qui nous ont été présentés à ce jour n’ont jamais posé problème. »

Grâce à leurs décennies d’expérience et d’innovation, les recycleurs de fibres et de papier comme Fibres Sustana occupent une position enviable pour collaborer avec les marques au développement de nouveaux emballages plus durables destinés au marché des États-Unis. Mais en raison de la culture américaine fermement ancrée dans l’individualisme, le véritable défi sera d’inciter les consommateurs à déposer leurs articles recyclables dans le bac, même lorsque ce geste demande un petit effort supplémentaire.

Cet article a été publié à l’origine en anglais sur le site de Triple Pundit