Nous avons la technologie pour recycler les gobelets en papier à café, mais peut-elle évoluer?

Jim Schneider de Fibres Sustana à De Pere et TriplePundit discutent du recyclage de gobelets en papier à café et ce qui est nécessaire pour la mise à l’échelle

5 min de lecture

Pour le consommateur soucieux du développement durable, prendre un café sur la route peut devenir un casse-tête. Pendant des années, le message fut que les gobelets à emporter ne pouvaient pas être recyclés en raison du revêtement en polyéthylène qui les rend plus durables et résistants à la chaleur. La situation est en plein changement – et s’améliore – à mesure que la technologie devient plus largement disponible et que de plus en plus de centres de tri commencent à accepter ces gobelets. Le prochain obstacle n’est pas seulement l’évolutivité, mais aussi l’éducation des consommateurs sur la recyclabilité dans leur région afin que leur prochain déplacement pour une tasse de café puisse se faire sans aucune culpabilité envers l’environnement.

Le problème: trop de gobelets en papier à café et d’autres contenants sont envoyés aux sites d’enfouissement

Les consommateurs américains utilisent environ 54 milliards de gobelets à café à usage unique chaque année, et la grande majorité se retrouve aux sites d’enfouissement — représentant à la fois un énorme problème environnemental et une occasion manquée. « Pendant des décennies, tout ce qui contenait du polyéthylène, comme un gobelet en papier à café, était considéré comme non recyclable » explique Jim Schneider, vice-président des opérations chez Fibres Sustana à De Pere, un fabricant de fibre recyclée durable, a-t-il dit à TriplePundit. « Ce n’est vraiment pas difficile d’enlever la fibre des couches de polyéthylène. » Selon M. Schneider, cette fibre est de haute qualité et pourrait avoir une longue durée de vie au-delà d’un gobelet à usage unique.

Cependant, le problème à long terme va au-delà des gobelets à café. D’autres types de contenants à revêtement en polyéthylène comme les boites de jus, les contenants de nourriture pour bébé, les emballages pour les biscuits et les croustilles se retrouvent aussi majoritairement aux sites d’enfouissement. Un nombre croissant de produits comme les sauces, la pulpe de tomate et même le vin sont emballés dans du papier d’aluminium ou du papier doublé de plastique afin de réduire le poids et l’utilisation de plastique. Cependant, Fibres Sustana investit continuellement dans ses installations pour garder les déchets hors des sites d’enfouissement, réacheminant jusqu’à 18 000 tonnes de déchets par an dans ses deux installations.

Le problème n’est pas seulement l’amélioration de la technologie nécessaire pour séparer les matières plastiques du papier dans ces contenants, mais aussi la disponibilité d’installations de fabrication capables de récupérer la fibre. Fibres Sustana par exemple, utilise un agitateur à haute consistance qui dénude efficacement les fibres, alors que la plupart des fabricants de papier traditionnels utilisent des agitateurs à basse consistance qui ne sont pas aussi efficaces. Schneider voit les possibilités augmenter. « Une fois que vous avez cassé la noix [de l’extraction des fibres des contenants à revêtement en polyéthylène], cela ouvre la porte à d’autres produits en polyéthylène. Il y a très peu d’articles dont nous ne pouvons pas récupérer la fibre », a-t-il déclaré.

Parallèlement aux changements d’emballage, ainsi qu’aux changements de mode de vie associés à la pandémie de COVID-19, Fibres Sustana constate une augmentation des contenants à revêtement en polyéthylène entrant dans ses installations, a déclaré Schneider. Lorsque l’entreprise a démarré ses activités il y a près de 30 ans, le papier de bureau trié représentait environ 90 % des matériaux qu’elle recevait. Durant la pandémie, alors que les écoles et les bureaux fermaient, ce chiffre est tombé à 45% et l’entreprise a compté de plus en plus de contenants alimentaires à revêtement en polyéthylène alors que les gens commandent plus de plats pour emporter et préparent plus de repas à la maison. Ce qui est encourageant, c’est que l’entreprise voit également de plus en plus de centres de tri investir pour trier ces articles et les acheminer vers des installations comme Fibres Sustana qui peuvent les recycler.

La solution: Intégrer le recyclage des gobelets en papier dans nos habitudes

Pourtant, plus d’éducation s’avère nécessaire afin d’augmenter le nombre de communautés qui envoient leurs gobelets et contenants triés aux installations municipales pour recyclage, a déclaré Schneider. « Alors que nous examinons le problème dans son ensemble, l’une de mes grandes initiatives consiste à éduquer les consommateurs ainsi que les fabricants de papier et ceux qui développent des produits avec différentes structures d’emballage », a déclaré Schneider à 3p. De plus, la communication tout au long de la chaîne d’approvisionnement est nécessaire pour garantir que les solutions ne créent pas de nouveaux problèmes, comme la conception d’une option alternative qui rend un produit moins recyclable.

« Il est facile d’enlever le plastique », a expliqué Schneider. « Le type de fibre dans ces gobelets est du bois mou à fibre longue. C’est une fibre précieuse, et c’est dommage qu’elle se retrouve dans de sites d’enfouissement pour sa fin de vie. » Il dit qu’il est possible d’utiliser la fibre récupérée pour de nouveaux gobelets en papier, ce qui boucle la boucle des produits en fibre recyclée et contribue à l’économie circulaire. « La plus grande victoire n’est pas seulement d’obtenir dans nos installations la grande variété de produits qui auparavant allaient aux sites d’enfouissement, mais aussi d’obtenir également des matériaux qui peuvent retourner dans les produits dont ils sont issus, ce qui est important, car les produits de qualité alimentaire présentent des défis plus importants. »

L’association Food service Packaging Institute (FPI), aux États-Unis travaille avec les parties prenantes pour augmenter l’adoption et assurer la place de gobelets en papier dans l’économie circulaire. Cette association professionnelle représente 90% de l’industrie de l’emballage de la restauration et s’occupe de l’ensemble de la chaîne de valeur de la récupération. « Nous commençons par les marchés finaux locaux pour nous assurer que nos produits peuvent et seront récupérés », a déclaré à TriplePundit Ashley Elzinga, directrice de la durabilité et de la sensibilisation chez FPI. « Ensuite, nous collaborons avec les municipalités, les transporteurs de déchets et les centres de tri pour nous assurer que nos produits sont acceptés et triés correctement. Une fois que nous avons tous ces éléments en place, nous travaillons avec les municipalités afin d’aider à éduquer ses résidents. »

Aux États-Unis, Denver est la ville qui est en avance quant au recyclage des gobelets en papiers à usage unique. En 2018, le plus grand centre de tri du Colorado, Alpine Waste and Recycling, a annoncé qu’il commencerait à collecter les gobelets ainsi que d’autres produits en papier à revêtement en polyéthylène, faisant de Denver l’une des premières villes américaines à offrir ce service. Le mois dernier, la municipalité de Madison, dans le Wisconsin, s’est ajoutée à une poignée d’autres villes acceptant les contenants à revêtement en polyéthylène pour le recyclage.

Évoluer pour répondre à la demande

Durant la pandémie, alors que de plus en plus de personnes comptaient sur le café et la nourriture au service au stationnement, au service au volant et à emporter, il y a eu une augmentation des contenants pour aliments et boissons à usage unique. Durant ce temps, certaines municipalités ont également réduit leurs programmes de recyclage et les consommateurs ont demandé plus d’options de recyclage, créant un déséquilibre entre l’offre et la demande.

Schneider et Elzinga voient tous deux la solution dans l’éducation – des consommateurs et des centres de tri. « La plupart des gens sont étonnés par ce que nous pouvons faire avec le matériel », a déclaré Schneider à propos du processus de recyclage des gobelets en papier chez Fibres Sustana. Néanmoins, étant donné que les gobelets à café à usage unique représentent une si petite partie du flux global de déchets, il est difficile de convaincre les centres de tri d’investir dans la technologie de tri. « Chaque succès joue un rôle clé dans l’augmentation de l’accès au recyclage des gobelets en papier », a déclaré Elzinga.

Pour finir

Viser plus de circularité avec des gobelets en papier à usage unique est une option beaucoup plus durable que de les envoyer aux sites d’enfouissement.

Alors que Fibres Sustana prend 700 tonnes de gobelets par mois dans son usine de De Pere, dans le Wisconsin, Schneider a déclaré qu’il aimerait voir ce nombre augmenter. Pour ce faire, la collecte doit augmenter. Fibres Sustana considère la circularité comme la solution, mais ce n’est pas une voie simple. « Il y a beaucoup de défis qui se présentent lorsque vous essayez de mettre en place une économie circulaire », a-t-il déclaré. « C’est un marathon, pas un sprint. » À cette fin, FPI travaille avec les villes pour aider à fournir des fonds pour inclure des gobelets en papier dans les programmes de recyclage.

L’éducation des consommateurs est un autre élément majeur, car les consommateurs peuvent inciter leurs gouvernements locaux à agir. « Supposez qu’il y a de la valeur dans tout ce que vous jetez », a ajouté Schneider. « Il est préférable de réutiliser des matériaux dans d’autres produits que de les envoyer en fin de vie dans de sites d’enfouissement. » Le recyclage prolonge le cycle de vie des produits, donnant une seconde vie aux matières récupérées pour aider à créer un avenir zéro déchet.

Cet article a été publié à l’origine en anglais sur le site de Triple Pundit.