Sustana incite les entreprises à sortir des sentiers battus en matière de durabilité et de fibres recyclées

Renée Yardley, vice-présidente des ventes et marketing de Sustana, partage avec GreenBiz son point de vue sur les attentes des consommateurs après la pandémie et sur la manière dont les fibres recyclées peuvent aider les entreprises à répondre à ces attentes et à respecter leurs engagements en matière de durabilité.

5 min de lecture

Le monde a changé avec la COVID-19, et les consommateurs sont désormais convaincus que les entreprises ont la responsabilité d’offrir des options respectueuses de l’environnement. Par exemple, 93 pour cent des consommateurs à l’échelle mondiale déclarent que la COVID 19 a influencé leur point de vue sur la durabilité, et plus de deux répondants sur trois considèrent les enjeux environnementaux comme très ou extrêmement importants pour eux.

Comme nous retournons dans les lieux publics, tels que les écoles, les bureaux et les centres commerciaux, les consommateurs recherchent des options qu’ils savent être meilleures pour l’environnement, notamment du papier, du papier hygiénique et des contenants de mets à emporter faits de fibres recyclées.

Les entreprises qui souhaitent relever le défi et passer à la fibre recyclée pour les articles à usage unique, elles devraient choisir les substitutions à bon escient. Les consommateurs s’attendent à ce qu’elles fassent preuve d’authenticité et de transparence dans leurs déclarations à caractère écologique.

Des consommateurs férus d’environnement

Il y a dix ans, les discussions sur les avantages d’utiliser un matériau plutôt qu’un autre pour limiter l’impact sur l’environnement se déroulaient entre professionnels. Mais après avoir personnellement vécu des phénomènes météorologiques extrêmes et la pandémie, plusieurs consommateurs sont devenus de véritables analystes amateurs en matière de durabilité, et cela se manifeste particulièrement dans leurs habitudes d’achat. Aujourd’hui, 62 pour cent des consommateurs affirment qu’ils sont prêts à changer leurs comportements d’achat pour contribuer à réduire leur impact négatif sur l’environnement, contre 57 pour cent en 2019. Selon de nombreux Milléniaux (71 pour cent) et membres de la génération Z (67 pour cent), la lutte contre les changements climatiques devrait être une priorité, mais 60 pour cent d’entre eux considèrent que les entreprises ne partagent pas leurs préoccupations.

Pendant ce temps, l’omniprésente et incessante pollution par les plastiques entraîne l’interdiction des contenants à emporter en plastique un peu partout sur la planète. Ces articles en plastique à usage unique pour les plats à emporter, y compris les gobelets, les assiettes, les ustensiles et les pailles, sont la source principale de quelque 14 millions de tonnes métriques de pollution par les plastiques qui se retrouvent dans les cours d’eau et les océans chaque année.

Le fait de remplacer les articles de plastique à usage unique par des articles faits de fibres recyclées aide à réduire la pollution par les plastiques et ses répercussions négatives sur l’environnement. Cette transition est déjà en marche et un nombre croissant d’entreprises s’informent sur l’utilisation de fibres recyclées durables dans les emballages en contact direct avec les aliments.

« Ce qu’on commence à voir, et ce vers quoi on doit se diriger, c’est une économie circulaire dans laquelle on ne se contente pas de récupérer des fibres usagées et de les recycler, mais où on prend cette matière et on la nettoie en respectant des normes de propreté telles qu’elle peut être utilisée dans des emballages en contact direct avec les aliments », a déclaré mon collègue Jim Schneider, vice-président des opérations chez Fibres Sustana à De Pere, aux États-Unis.

Les fibres recyclées EnviroLife® de Sustana en sont l’exemple parfait. Il s’agit de l’un des premiers produits 100 % recyclés conformes aux normes américaines de la FDA, et elles sont souvent utilisées pour fabriquer des gobelets de papier, des emballages de sandwich et des cartons d’aliments. Elles ont une empreinte environnementale largement inférieure à celle des fibres vierges, utilisent 9 fois moins d’eau et ont 26 pour cent moins de répercussions sur le climat.

Récupérer davantage pour recycler plus

En matière de papier et de produits d’emballage durables, le message est clair : il est essentiel d’augmenter l’utilisation de fibres recyclées pour freiner la déforestation, la pollution causée par les usines et leurs impacts climatiques. Mais l’économie circulaire pour les fibres n’a pas réalisé encore son plein potentiel. Pour atteindre l’objectif d’une véritable économie circulaire pour les fibres, les entreprises doivent s’impliquer continuellement dans le processus, de l’achat de fibres recyclées jusqu’à l’appui aux initiatives de collecte du recyclage.

La pandémie a clairement démontré la nécessité de diversifier les sources d’approvisionnement et d’investir dans des stratégies de collecte. Quand le monde a été confiné, les bureaux et les écoles, des sources importantes de fibres pour le recyclage, ont été fermés et la production de produits recyclés a ralenti, au moment même où la demande d’emballages alimentaires augmentait. Le Carton Council, un organisme sectoriel voué à promouvoir le recyclage des contenants multicouches au Canada et aux États-Unis, a lancé des campagnes de sensibilisation pour augmenter les taux de recyclage des produits à base de fibres utilisés dans la vie courante – cartons de lait, boîtes de jus et autres contenants multicouches.

« Les cartons d’aliments et de boissons contiennent des fibres précieuses qui servent à fabriquer de nouveaux produits de papier que la population utilise au quotidien, et c’est essentiel pour une économie circulaire robuste », a déclaré Jason Pelz, vice-président des projets de recyclage pour le Carton Council en Amérique du Nord et vice-président du développement durable pour les États-Unis, le Canada, l’Amérique centrale et les Caraïbes chez Tetra Pak. « Alors que les entreprises et la population s’adaptent à la nouvelle normalité, le recyclage est plus important que jamais pour s’assurer d’avoir assez de matières premières pour fabriquer de nouveaux produits durables. »

La diversification des sources à elle seule ne peut faire tout le travail, de nouveaux investissements dans l’équipement de traitement pour ces types d’intrants sont nécessaires pour permettre la production de fibres recyclées. L’agilité et la collaboration démontrées face à un défi sans précédent doivent se poursuivre après la pandémie alors que nous exploitons toutes les ressources de fibres post-consommation pour produire une économie véritablement circulaire.

Augmenter l’utilisation de fibres recyclées : conseils pour les équipes d’emballage et d’approvisionnement

Les principaux acheteurs de produits de fibres, notamment les sièges sociaux d’entreprises et les restaurants à service rapide, doivent commencer à acheter plus de papier et d’emballages contenant des fibres recyclées. Et ce faisant, ils doivent rechercher l’authenticité, la transparence et élargir la conversation autour de la valeur en matière d’approvisionnement.

« Les consommateurs ont l’impression de poser un geste positif pour l’environnement quand ils achètent des produits qui ont un contenu recyclé », a ajouté M. Schneider. « Plusieurs établissements de restauration rapide utilisent actuellement des emballages indiquant ’30 pour cent de contenu recyclé’ pour leurs sandwiches. Quand les consommateurs verront davantage des options d’emballages avec du contenu recyclé, la demande va aussi augmenter. »

Pour répondre à cette demande, les normes en matière d’approvisionnement devront inclure des exigences relatives au contenu en fibres recyclées. L’accès à de tels produits pourrait être limité au départ, mais des normes stipulant un contenu en fibres recyclées devraient inciter le marché à augmenter les investissements dans les technologies de recyclage, la collecte et la production de produits à base de contenu recyclé. Un marché plus circulaire permettra également de réduire le coût par unité.

Les entreprises doivent rechercher des produits comme EnviroLife®, qui a une analyse du cycle de vie robuste comprenant entre autres la toxicité pour l’humain, l’appauvrissement de la couche d’ozone et l’évaluation de la qualité de l’eau en plus des impacts climatiques. C’est ce qui leur permettra de démontrer aux consommateurs leur engagement à cette cause, de manière authentique et transparente.

Dans le monde des affaires, le coût reste toutefois un facteur déterminant. Mais les acheteurs doivent être prêts à élargir la portée de la conversation sur la valeur des fibres recyclées au delà de la comparaison habituelle du coût par unité. L’inclusion des engagements écologiques démontre l’engagement des entreprises à l’égard de l’économie circulaire et favorise l’innovation durable pour offrir un meilleur avenir à nos clients, et à notre planète.

Cet article a été publié à l’origine en anglais sur le site de GreenBiz.